Crédit d’impôt pour les investissements en fabrication et transformation

La MRC de L’Islet demande au gouvernement du Québec de revoir ses mesures fiscales pour les entreprises afin que les crédits d’impôt accordés à certains territoires ne deviennent pas un facteur de délocalisation des entreprises de L’Islet.

«Nous ne demandons pas l’abolition de ces mesures qui viennent appuyer le développement des régions rurales plus éloignées et nous savons bien qu’il doit y avoir une ligne tracée quelque part. Toutefois, c’est inadmissible que ces mesures deviennent un élément significatif dans le choix du lieu de l’investissement et, ultimement, un facteur potentiel de délocalisation de nos entreprises» de signifier le préfet de la MRC de L’Islet et maire de Saint-Adalbert, monsieur René Laverdière.

En effet, depuis l’été, le gouvernement du Québec a bonifié les crédits d’impôt pour investissement relatif au matériel de fabrication et de transformation, faisant passer de 8 à 20 % le crédit d’impôt admissible pour certaines régions, dont l’ouest du Bas-Saint-Laurent, alors que celui-ci est passé de 0 à 10 % pour la zone comprenant la MRC de L’Islet. Ainsi, pour un investissement de 2 millions de dollars, par exemple, une entreprise aura droit à un crédit d’impôt de 200 000 $ supplémentaire si elle le fait dans l’ouest du Bas-Saint-Laurent, comparativement au même investissement fait dans la MRC de L’Islet.

«Nous sommes au courant que des entreprises de la MRC de L’Islet songent à procéder à des investissements importants et prennent en compte, dans l’évaluation des options possibles, le fait que des MRC peuvent compter sur des crédits d’impôt supérieurs. Évidemment, ce n’est pas le seul facteur, mais c’en est un» d’ajouter le préfet suppléant et maire de Saint-Jean-Port-Joli, monsieur Normand Caron.

La MRC demande que le ministère des Finances apporte rapidement des mesures d’atténuation afin que l’écart entre les deux MRC limitrophes soit réduit. Une majoration du pourcentage accordé à la MRC de L’Islet est ainsi réclamée par les élus(e)s de la MRC. Le conseil de la MRC a déjà sensibilisé la députée de Côte-du-Sud et ministre déléguée au Développement économique régional, madame Marie-Eve Proulx, et interpellera également le ministre des Finances, monsieur Éric Girard.

Il serait dommage que ces mesures discriminatoires viennent contrecarrer les efforts déployés par la MRC et ses partenaires visant à mieux positionner la Région L’Islet comme endroit pour vivre et travailler.

Monsieur Laverdière souligne que «la MRC de L’Islet paie le prix d’être dans une région administrative qui globalement va bien au plan économique et est près des grands marchés. Or, les indicateurs économiques de L’Islet ressemblent à ceux du Kamouraska et les facilités d’accès aux marchés sont similaires, sinon plus difficiles si on tient compte du sud de la MRC. Ce sont des éléments qui militent en faveur d’une correction sur les mesures fiscales par le ministère des Finances».